Accueil > Commentaires de lecture > Essai > JEUNESSE ET GENÈSE SUIVI DE LECTURE DU TOMBEAU DES ROIS

Robert Harvey

JEUNESSE ET GENÈSE SUIVI DE LECTURE DU TOMBEAU DES ROIS

POÉTIQUE D’ANNE HÉBERT

L’instant même, Québec, 2000
344 pages
34,95 $

Thèse de doctorat à l’origine, le dernier essai de Robert Harvey a pour objectif d’esquisser « les grandes lignes » de la poétique d’Anne Hébert, la poétique étant ici définie comme les « principes qui président à l’organisation d’une œuvre ». Dans la première partie, l’essayiste se propose d’« [examiner] les fondements imaginatifs de l’œuvre, ou les principes unificateurs de son langage, à travers trois textes de jeunesse » : il s’agit du recueil Les songes en équilibre (1942), de la nouvelle « L’ange de Dominique » (1945) et de la pièce de théâtre L’arche de midi, rédigée en 1944-1945 et demeurée manuscrite depuis. Dans la seconde partie, Harvey « propose une étude en profondeur du recueil Le tombeau des rois » (1960) pour découvrir, dans cette « œuvre de maturité », « l’accomplissement » du « processus d’élaboration » découvert dans les trois textes précédents. Si Roland Barthes fournit le cadre référentiel de base, d’autres auteurs sont aussi convoqués : Northrop Frye et Jean Baudrillard surtout, mais aussi Roger Caillois, Émile Benveniste, Jean-Michel Adam, Mircea Eliade

Robert Harvey s’emploie grosso modo à une lecture génétique, herméneutique et thématique de l’œuvre d’Anne Hébert. Il souligne en effet les influences externes (la Bible, Supervielle, par exemple), il procède à une interprétation sémantique axée sur la continuité positionnelle des textes les uns par rapport aux autres et il multiplie les rapprochements entre les différentes œuvres de façon à montrer l’essaimage des motifs récurrents. Un tel parcours tend bien sûr vers la paraphrase textuelle. Il témoigne en revanche d’une fréquentation assidue et perspicace des textes discutés et Harvey y affiche une retenue et une prudence dignes de mention. À noter encore la qualité de la bibliographie terminale et la pertinence d’une « chronologie de l’œuvre ».

À sa manière, la Poétique d’Anne Hébert est un jalon important et significatif dans la liste de plus en plus volumineuse des études hébertiennes.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 14 janvier 2003 à 14 h 21