Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > FEMMES LIBRES DE CARTHAGE

Numéro 98

Jean Tétreau

FEMMES LIBRES DE CARTHAGE

42e Parallèle, Montréal, 2004
168 pages
24 $

Femmes libres de Carthage est un livre rare et surprenant qui emprunte la forme d’une correspondance entre deux femmes dont l’une est reine de Cirta, capitale d’un petit royaume de Numidie, en périphérie de Carthage, sa correspondante habitant Carthage même. Cela se passe au moment où Rome projette de conquérir et d’anéantir sa rivale punique en Afrique. L’auteur justifie d’ailleurs son propos en invoquant de célèbres prédécesseurs dont Flaubert. Ce qui lui importe avant tout, c’est de créer une situation où les émotions transcendent la réalité historique. Il y réussit tellement bien qu’il nous fait entrer dans son jeu et parvient à rendre attachant cet échange de propos entre deux femmes presque contemporaines par leur audace et leur attitude libertaire par rapport à l’amour. C’est un récit tout en finesse, avec juste ce qu’il faut de références historiques, où perce le plaisir d’écriture qui anime l’auteur.

Publié le 21 février 2005 à 17 h 05 | Mis à jour le 21 février 2005 à 17 h 05