Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > ET AU PIRE, ON SE MARIERA
Et au pire on se mariera

Sophie Bienvenu

ET AU PIRE, ON SE MARIERA

La Mèche, Montréal, 2011
152 pages
15,95 $

Ce récit incisif, qui se lit d’une traite, entraîne le lecteur dans l’univers aigre-doux d’Aïcha Saint-Pierre, une adolescente montréalaise qui pourrait passer pour une proche parente de Bérénice dans L’avalée des avalés ou de Momo dans La vie devant soi. Face à une interlocutrice non identifiée (probablement une travailleuse sociale), qui écarquille les yeux mais qui ne pipe jamais mot, Aïcha, treize ans, fait le récit de ses amours – réelles ou imaginaires ? – avec Baz, un adulte de deux fois son âge. Cet amour en ravive un autre : celui qui liait la fillette à son beau-père, Hakim, qui savait si bien la caresser… Mais la mère d’Aïcha avait estimé cette proximité inconvenante et montré la porte à Hakim. Depuis, Aïcha la déteste passionnément et s’enfonce dans une solitude adoucie par ses seules « amies », Johannie et Mélissa – deux prostitu . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 30 mars 2014 à 13 h 08 | Mis à jour le 5 juin 2015 à 11 h 57