Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > ÉLÉGIE NOCTURNE

Numéro 114

Jean-Paul Daoust

ÉLÉGIE NOCTURNE

Planète rebelle, Montréal, 2008
72 pages
21,95 $

Jean-Paul Daoust est actif sur la scène littéraire québécoise depuis le milieu des années 1970. On lui doit une trentaine de recueils de poésie ainsi que deux romans. Pour ce nouveau titre, il s'est associé au musicien Manu Trudel, présentant ainsi une œuvre hybride qui conjugue poésie et accompagnements sonores. À cet égard, la collection dans laquelle figure l'ouvrage, « Hôtel central », dirigée par Christine Germain, a pour mandat de permettre cette rencontre fort souhaitable entre la poésie et la musique.

Daoust écrit : « La douleur n'offre aucun choix ». Sans aucun doute, le mode élégiaque renvoie à l'expression de la souffrance.Le titre du livre, Élégie nocturne, suggère d'emblée une tonalité bien définie. Dans cette suite de courts poèmes en prose, comme s'il était le spectateur de sa propre saison en enfer, le poète est montré devant la fenêtre de sa chambre d'h . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 21 mars 2009 à 14 h 02 | Mis à jour le 23 juin 2015 à 14 h 08