Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > DOUBLE DISPARITION
Double disparition

Chrystine Brouillet

DOUBLE DISPARITION

UNE ENQUÊTE DE MAUD GRAHAM

La courte échelle, Montréal, 2011
307 pages
24,95 $

Double disparition est le dernier polar de Chrystine Brouillet, auteure québécoise intarissable. On peut y suivre la dixième enquête de Maud Graham, le personnage auquel les lecteurs qui connaissent bien Brouillet se sont attachés.

Ce roman met en scène deux enquêtes parallèles qui tendent à s’imbriquer au fil de la lecture. D’un côté, Trevor, un adolescent ébranlé par la mort de sa mère adoptive incestueuse, quitte Rimouski à la recherche de son passé et de son avenir, perdu dans les dédales de sa souffrance. D’un autre côté, Maud Graham, enquêteuse à Québec, s’acharne à élucider le mystère entourant l’enlèvement d’une petite fille.

Chrystine Brouillet met en œuvre une formule gagnante, mais pas nécessairement innovatrice. L’écrivaine ne réinvente pas la roue, par contre elle réussit à séduire les lecteurs de romans policiers. Ceux qui ont côtoyé dès le début l’univers de Maud Graham seront heureux d’y retrouver Maxime, Grégoire et Michaël, notamment. Cependant, les non-initiés se sentiront peut-être moins interpellés par ce leitmotiv et tenteront de s’accrocher à une intrigue dont on aura d’entrée de jeu révélé des éléments essentiels.

Malgré tout, l’auteure crie sur la place publique la douleur à laquelle sont enchaînées les victimes d’inceste et les parents endeuillés par la disparition d’un enfant. Élan de compassion, dénonciation, avertissement ou simple information ? Peu importe ! Enfin une perspective humaine et touchante qui permet d’oublier le côté souvent cartésien des romans policiers et d’entrer un peu plus profondément dans la psychologie des personnages.

Double disparition est un roman désorientant par moments par la gravité des sujets abordés, mais aussi par les apartés sur les différents personnages qui n’ont qu’un rôle secondaire dans le récit. On peut voir ces digressions comme de légères pauses au drame ou comme des lignes en trop. Quoi qu’il en soit, Chrystine Brouillet n’a plus à faire ses preuves dans l’art du roman policier. Son succès retentit chez les lecteurs québécois autant que chez les Français, qui attendent impatiemment la sortie d’une autre enquête de Maud Graham.

Publié le 21 mars 2014 à 14 h 15 | Mis à jour le 13 mai 2014 à 9 h 28