Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > DISCRÈTE PARADE D’ÉLÉPHANTS

Numéro 97

Michel Garneau

DISCRÈTE PARADE D’ÉLÉPHANTS

Lanctôt, Outremont, 2004
158 pages
15,95 $

On sait que Michel Garneau est l’un des fondateurs de l’aventure poétique contemporaine au Québec, tant par ses écrits que par ses nombreuses émissions radiophoniques. Discrète parade d’éléphants, son plus récent recueil de poésie, explore des sujets de tous ordres, liés par une interrogation sur le sens des mots. « Nous avons souvent l’impression / que le langage est élimé / que les mots ne suffisent plus ou mal / ou moins / que l’indicible s’accroît peut-être. » Ce qui n’est cependant pas le cas avec les textes de Michel Garneau !

Voilà une poésie narrative touchante, fondée sur des anecdotes ancrées au ras du quotidien, atteignant parfois des dimensions secondes plus vastes. Par exemple, l’auteur passe de l’évocation de diverses expériences de jeunesse à des réflexions sur l’impact de certains films d’Orson Welles sur sa vision du monde, tout en jetant un regard sévère sur le tragique propre à notre condition, la violence sous toutes ses formes, puis revient sur les « événements d’octobre » 1970. Et tout cela nous est offert dans une langue vivante et colorée.

Publié le 23 novembre 2004 à 15 h 56 | Mis à jour le 23 novembre 2004 à 15 h 56