Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Au départ de Kiev, Irina rêve de sa nouvelle vie en Angleterre et se voit déjà comblée au bras d’un Anglais romantique. Au bout de 42 heures d’autocar, la voilà accueillie par une espèce de gangster à queue de cheval et à l’haleine de dents cariées qui la reluque d’un regard affûté de prédateur dans le rétroviseur de sa grosse voiture empuantie par l’odeur de son cigare. Vulk est loin de ressembler à monsieur Brown, le bel homme distingué de son livre d’anglais, sa seule référence en matière de mâle anglais. Heureusement, Vulk, immigrant comme elle, n’est chargé que de la conduire dans le Kent chez le fermier qui l’a embauchée, lequel l’accueille d’une main sur la croupe pour la faire monter dans sa Land Rover et l’emmener directement au champ de fraises. Ainsi commence la nouvelle vie d’Irina.

Comme Andriy, Yola, Vitaly Tomasz, Emanuel, Lena, les deux Chinoises et tant d’autres, Irina est venue pour cueillir des fraises afin d’amasser un peu d’argent et pour vivre dans le pays de ses rêves. Chaque immigrant caresse son rêve mais il y a loin de la coupe aux lèvres car, échoués dans leur champ de fraises, ces exilés assoiffés d’espoir venus de Pologne, de Chine, d’Ukraine et d’Afrique, ne sont qu’une main-d’œuvre saisonnière sous-payée qu’il est facile d’exploiter. Un concours de circonstances les fera fuir loin des champs et chacun découvrira alors une vie bien différente de celle qu’il avait imaginée en choisissant l’exil.

Le roman de Marina Lewycka met en scène des personnages attachants qui prennent tour à tour la parole pour nous emmener dans ce monde sans repères qu’est celui des exilés en quête d’un avenir meilleur. Ces regards sur le monde, tantôt naïfs et innocents, tantôt déçus ou désabusés, nous transportent au cœur d’une réalité qui se révèle forcément décevante pour celui dont les désirs restent inassouvis : « La fin du voyage a quelque chose de triste. Car ce n’est qu’en arrivant à destination que l’on découvre qu’en fait la route ne s’achève pas là ». Mais il y a aussi de l’humour et de la lumière dans ce roman enlevé et délicieux.

Enregistrement