Accueil > Commentaires de lecture > Essai > LA DESTRUCTION DES INDIENS DES PLAINES

James Daschuk

LA DESTRUCTION DES INDIENS DES PLAINES

MALADIES, FAMINES ORGANISÉES ET DISPARITION DU MODE DE VIE AUTOCHTONE

Trad. de l’anglais par Catherine Ego
Presses de l’Université Laval, Québec, 2015
365 pages
39,95 $

Prix du Gouverneur général 2016 – Traduction

Voici un autre « livre noir du Canada anglais », pour paraphraser le réquisitoire de Normand Lester paru aux Intouchables. Cette fois, il y est question du sort réservé aux nations autochtones de l’Ouest canadien, victimes non seulement de l’acculturation causée par les réseaux de pensionnats forçant leur scolarisation, mais aussi des épidémies successives dont plusieurs tribus ont été fatalement atteintes au cours des XVIIIe et XIXe siècles. D’entrée de jeu, l’historien James Daschuk admet que de nombreuses maladies existaient en Amérique avant l’arrivée des premiers explorateurs européens : « hépatite, poliomyélite, parasites intestinaux, encéphalite, arthrite, pinta, maladie de Chagas, leishmaniose ». Mais la rencontre de deux mondes jusqu’alors parallèles allait ajouter un lot de maux inconnus sur le sol d’Amérique, causant la disparition de plusieurs nations vulnérables. Cependant, les politiques du gouvernement féd . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 16 décembre 2016 à 8 h 00 | Mis à jour le 22 décembre 2016 à 13 h 15