Accueil > Commentaires de lecture > Essai > DES TEXTES DANS L’ESPACE PUBLIC / WORDS IN PUBLIC SPACE
DES TEXTES DANS L’ESPACE PUBLIC / WORDS IN PUBLIC SPACE

Sous la direction de Marc André Brouillette

DES TEXTES DANS L’ESPACE PUBLIC / WORDS IN PUBLIC SPACE

Du Passage, Outremont, 2014
159 pages
42,95 $

La politique de l’art public adoptée par les villes du monde entier au cours des dernières décennies a pour objectif de modifier notre relation avec l’espace public. Elle vise surtout à susciter chez le plus grand nombre de gens la rencontre mais plus encore la communication avec l’art. Des formes artistiques diverses s’adaptent aux places publiques, aux parcs, aux murs des édifices et à leur environnement immédiat. Il est intéressant de noter dans le résultat d’études menées pour déterminer la réaction du public devant de telles œuvres que, dans tous les cas, il y a un point commun : l’œuvre d’art public entraîne un arrêt du regard.

Inspirées peut-être par l’utilité des panneaux publicitaires et de signalisation, certaines œuvres ou interventions se sont développées depuis quelques années ; celles-ci visent à proposer, dans un arrêt même bref du regard, un dialogue entre le littéraire, l’espace public et l’individu qui le traverse. Ici, ce n’est pas le lecteur qui va vers le texte comme lorsqu’il ouvre un livre ; c’est le texte qui se propose au passant, qui alors deviendra lecteur. Cette rencontre avec un texte pensé par un écrivain peut avoir quelque chose d’à la fois intime et collectif. En découlent émotion et sentiment d’appartenance, un sentiment renforcé parfois par la langue, ce bien commun.

Contrairement aux textes inscrits sur les chaises de Michel Goulet dans Rêver le Nouveau Monde, œuvre offerte par la ville de Montréal à la ville de Québec pour son 400e anniversaire, le texte qui s’installe momentanément ou de manière permanente dans l’espace public est rarement extrait d’une œuvre connue. Pour ajouter à sa précarité le texte n’est souvent qu’une composante de l’œuvre. Mais que cela soit le cas ou qu’il soit à lui seul une œuvre complète, le texte littéraire sera utilisé par des artistes différents à des fins très diverses ; d’où l’intérêt de cette publication avec les contributions d’un philosophe, d’artistes, de professeurs d’histoire de l’art et de littérature, d’un directeur de galerie, d’un poète performeur et d’une chercheuse en sociologie de la littérature. Divisé en trois sections, « Regard sur les pratiques », « Propos d’artistes » et « Espaces de parole », ce livre propose un ensemble de réflexions animées par la nécessité de développer un regard interdisciplinaire sur les œuvres d’art dans les espaces publics, porteuses de mots parlants.

Publié le 10 juillet 2015 à 12 h 02 | Mis à jour le 10 juillet 2015 à 14 h 13