Numéro 166

Ariane Gélinas, Maureen Martineau

CRIMINELLES

Alire, Lévis, 2021
269 pages
27,95 $

Un recueil de nouvelles noires, écrit à quatre mains, dans lesquelles, chaque fois, des femmes jouent un rôle de premier plan, parfois en tant que criminelles, d’autres fois en tant que victimes ou témoins.

En plus de mettre en scène des femmes, les crimes présentés dans les nouvelles de ce recueil se déroulent dans les régions éloignées du Québec, loin des villes principales. Géographiquement, ils se situent, entre autres, en Gaspésie, en Mauricie, en Chaudière-Appalaches, dans le Bas-Saint-Laurent ou même aussi loin qu’à Chibougamau ou jusqu’aux environs de Matagami. De plus, ils ont pour environnement les forêts, les zecs, les chalets à proximité d’un lac, et se passent parfois dans la neige et la froideur hivernale. De façon nettement originale, il arrive que des créatures de la nature participent de façon active aux événements imaginés : une couleuvre ou un tapis de fleurs sanguinaires, par exemple.

Une troisième dimension sert également de cadre d’inspiration aux deux complices : le calendrier sélène basé sur les phases de la lune, ordonné ici de juin à mai. Puisque certaines années comptent une treizième lune, c’est ce nombre de textes qui ont été regroupés dans cet ouvrage. Deux d’entre eux, légèrement remaniés pour cette édition, ont déjà été publiés dans les revues Alibis et Le Sabord.

Logeant à divers degrés dans l’échelle de l’horreur, les nouvelles relatent des accidents terribles, des destins tragiques, funestes, des crimes tordus. Comme le veut la recette du genre, elles se concluent la plupart du temps par des chutes inattendues.

Le suspense maintenu dans le déroulement des histoires imaginées par Ariane Gélinas et Maureen Martineau témoigne de leur maîtrise du polar bref. Comme c’est le cas, notamment, dans cette nouvelle où une femme amnésique se demande, avec angoisse, si elle est une meurtrière, si elle a pu poignarder son fils. Et s’il serait possible qu’inconsciemment, elle frappe à nouveau quelqu’un d’autre. Suspense soutenu également dans cet autre texte où une séance de photographie dans un champ de maïs est loin de se terminer comme prévu pour les mannequins de mode qui y participent.

En somme, Ariane Gélinas et Maureen Martineau présentent dans ce recueil à leurs lectrices et lecteurs un assortiment de textes propres à les maintenir en haleine.

Publié le 28 avril 2022 à 11 h 28 | Mis à jour le 28 avril 2022 à 11 h 28