Accueil > Commentaires de lecture > Essai > CORRESPONDANCE DE BEIJING 1991-1997

Lisa Carducci

CORRESPONDANCE DE BEIJING 1991-1997

XYZ, Montréal, 2000
255 pages
16,95 $

Des écrivains qui s’échangent des confidences sur leur vie quotidienne et leurs problèmes de création, c’est en soi de peu d’intérêt, comme certains chroniqueurs n’ont pas manqué de le souligner. Il y a ici cependant une petite voix qui à travers cette correspondance nous parle discrètement de son acclimatation à Beijing et à la Chine et cela est sans prix. Lisa Carducci ressent le besoin d’écrire et elle s’est trouvé des correspondants québécois avec lesquels elle échange des observations ou des états d’âme qui nous font pénétrer par petites touches dans cet univers chinois qui nous semble presque inextricable. Elle parle de son enseignement à l’université, de son travail dans une station de télévision locale, de la politesse particulière des Chinois, de ses multiples implications socioculturelles dans cette ville bouillonnante, de la température et de la couleur des saisons, des fruits et des légumes nouveaux qu’elle découvre, des fêtes, de ses courts voyages en train au Ningxia, à Haerbin et à Luoyang, des spectacles et des films chinois qu’elle va voir ; mais jamais de longs discours sur la Chine. Plutôt une accumulation de petits détails de la vie quotidienne qui rendent ce pays familier. L’on comprend qu’elle y soit attachée au point de ne plus désirer vivre ailleurs, et son plaisir de le décrire nous communique agréablement son plaisir d’y vivre.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 14 janvier 2003 à 14 h 21