Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > CONFIDENCES D’UNE ENTREMETTEUSE

Lili Gulliver

CONFIDENCES D’UNE ENTREMETTEUSE

VLB, Montréal,, 2001
154 pages
16,95 $

Impertinente ou carrément impudique, coquine ou impunément cochonne, voluptueuse, vulgaire… chaque lecteur a déjà sa petite idée sur la libidineuse Lili Gulliver. Mais la gourmande crue n’en a cure, sans doute.

Après de torrides vacances à Paris, Bangkok, en Grèce et en Australie, notre « sexploratrice » de retour au Québec s’est casée avec un Roger ronflant à ses côtés. Assagie, mais pas endormie, Lili veut faire profiter de la vie (traduisez : des plaisirs de la bagatelle) ses amies et fonde donc une agence de rencontre destinée à favoriser non pas le cocooning familial mais plutôt une chaleureuse promiscuité des corps… puisque le bonheur commence là. Flanquée de sa copine Marilou qui tâte la marchandise, et de Dimitri, un amical concurrent, Lili Gulliver se transforme en entremetteuse et note ses observations.

Certes, on aime ou pas le ton de la louve repue qui en a vu d’autres mais on ne peut s’empêcher de sourire lorsque les commentaires critiques de la Gulliver écorchent les vieux cochons à la recherche de fraîches cocottes, les hyper-exigeants qui n’ont rien à offrir, les pimbêches cassantes qui se demandent pourquoi elles sont seules… Qui prétend qu’aller à la rencontre de l’autre est facile ? Peut-être Lili Gulliver…

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 8 janvier 2015 à 19 h 05