Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > COCHON D’ALLEMAND

Numéro 108

Knud Romer

COCHON D’ALLEMAND

Trad. du danois par Elena Balzamo
Les Allusifs, Montréal, 2007
186 pages
21,95 $

Le titre de ce roman fait référence à l'insulte qu'ont criée à l'auteur, pendant toute son enfance, des camarades d'école : « Cochon d'Allemand ! » Né au Danemark en 1960 d'une immigrée allemande et d'un riche entrepreneur danois, le jeune Knud fut rapidement l'objet d'une haine irrationnelle, pas seulement de la part des autres enfants, mais de toute la communauté qui composait la petite ville industrielle de Nykøbing. La principale victime fut sans doute sa mère que l'on traitait tout haut de nazie, et ce, jusqu'à son décès survenu dans l'isolement le plus complet. Durant la guerre, elle avait pourtant fait partie de la résistance contre le régime hitlérien, ce qui l'avait obligée à fuir, peu après que l'on ait fait pendre son fiancé. C'était en 1942.

D'un autre côté, il y a le père, un homme droit et taciturne, et sa famille, qui n'a . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 7 octobre 2007 à 14 h 58 | Mis à jour le 2 juillet 2015 à 9 h 17