Alberto Manguel

CHEZ BORGES

Trad. de l'anglais par Christine Le Bœuf

Actes Sud, Arles, 2005
80 pages
8,95 $

Buenos Aires, 1964 : Alberto Manguel a 16 ans, Jorge Luis Borges en a 65. L'étudiant travaille le soir dans une librairie anglo-allemande que fréquente l'écrivain et directeur de la Bibliothèque nationale. Devenu complètement aveugle à la fin de la cinquantaine, héritage de la lignée paternelle, Borges fait appel à plusieurs personnes pour lui faire la lecture, sa mère très âgée ne pouvant plus suffire à la tâche. L'adolescent accepte l'invitation du sexagénaire de venir chez lui trois ou quatre fois par semaine. Jusqu'au moment de quitter l'Argentine, en 1968, le jeune homme franchira les portes du modeste appartement que l'écrivain partage avec sa mère et la bonne. Devenu à son tour écrivain accompli, Manguel raconte les souvenirs qui lui sont restés de ces moments privilégiés auprès du grand homme.

Comme Borges lui en fait la remarque un jour, « tout écrivain laisse deux œuvres : l'œuvre écrite et l'image de lui . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 13 octobre 2010 à 17 h 35 | Mis à jour le 13 juin 2015 à 14 h 14