Accueil > Commentaires de lecture > Essai > CAPITAL ET IDÉOLOGIE

Numéro 158

Thomas Piketty

CAPITAL ET IDÉOLOGIE

Seuil, Paris, 2019
1197 pages
44,95 $

Thomas Piketty est un économiste et essayiste français spécialisé dans les questions d’inégalité économique. Dans son ouvrage Le capital au XXIe siècle, paru en 2013, qui lui a valu une notoriété mondiale, il réfléchissait sur les injustices économiques.

Dans son nouvel essai, il creuse le sujet dans le temps et dans l’espace. Il retourne en effet jusqu’aux systèmes économiques du Moyen Âge, et il ne limite pas sa réflexion à l’Occident.

Piketty démontre qu’au fil de l’histoire des sociétés plus ou moins inégalitaires ont existé. Que ce soient des sociétés ternaires (composées de la noblesse, du clergé et du tiers état), de propriétaires (comme celle que nous connaissons actuellement), esclavagistes ou coloniales, toutes ont eu et ont toujours pour pratique de tenter de justifier les inégalités par l’élaboration et la diffusion d’une idéologie. Celle-ci est destinée à assurer la pérennité du système de même qu’à conserver les avantages et privilèges des « gagnants ». La stabilité sociale s’appuie également sur une certaine violence exercée par la structure de pouvoir. Cette violence peut avoir cours non seulement à l’intérieur des États, mais aussi de façon interétatique.

Un exemple notoire est la dette exorbitante ayant été imposée à Haïti en 1825 (alors la colonie de Saint-Domingue) par la France et dont le solde a plus tard été vendu aux États-Unis. Cette dette était destinée à dédommager les riches propriétaires de plantations et d’esclaves, à la suite de la révolte ayant conduit à l’abolition de l’esclavage dans la colonie et à son indépendance. La « dette de la liberté », imposée par la force (blocus maritime et menace de débarquement sanglant), a été traînée par Haïti pendant 125 ans. Pas surprenant que ce pays soit demeuré tout ce temps parmi les plus pauvres de la planète. Encore aujourd’hui, paraît-il, les chefs politiques français refusent de participer aux cérémonies commémoratives haïtiennes, de crainte de se faire réclamer des dédommagements pour ce boulet économique, cette rançon accablante infligée au peuple haïtien.

Thomas Piketty aborde plusieurs autres cas d’inégalité, non seulement en Occident, mais aussi en Afrique du Sud, en Inde, dans les sociétés communistes, etc. Son ouvrage passionnera ceux et celles s’intéressant aux enjeux économiques et sociaux d’hier et d’aujourd’hui ainsi qu’aux différentes perspectives que l’humanité aura à explorer dans l’avenir. À cet égard, il est important que nous tirions des leçons des expériences historiques. On peut ainsi se demander si les inégalités patrimoniales très importantes existant à la fin de la Belle Époque ont joué un rôle déterminant dans les chocs guerriers et économiques des années 1914-1945 (période au terme de laquelle les inégalités ont régressé de façon marquée). Si c’était le cas, il conviendrait de s’inquiéter de la substantielle remontée actuelle des écarts de revenus et de fortunes.

Publié le 16 avril 2020 à 14 h 49 | Mis à jour le 23 avril 2020 à 10 h 52