Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > BONNE NUIT, DOUX PRINCE

Pierre Charras

BONNE NUIT, DOUX PRINCE

Mercure de France, Paris, 2006
115 pages
24,95 $

« On a vite fait de survoler une vie », conclut le narrateur de ce court roman au ton intimiste, à l'écriture lumineuse, précise, qui sait cerner l'essentiel en peu de mots, avec ce qu'il faut de substance pour que le livre prenne la juste mesure du parcours d'une vie sans s'appesantir de détails inutiles. Le titre renvoie au père, trop tôt disparu, homme taciturne aux yeux du fils qui tente ici de renouer avec le passé, le sien comme celui du père né en 1911 dans un village perché en pleine montagne, de reconstituer les moments tantôt de bonheur, tantôt d'incompréhension, avec le désir intense de les revivre et l'espoir vain de remédier aux manques du passé, de combler les silences d'hier. Le tout avec une grande pudeur - jamais les protagonistes ne sont nommés, comme s'il y avait entre le narrateur et les personnages un pacte -, mais aussi avec simplicit . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 31 mars 2007 à 11 h 13 | Mis à jour le 3 juillet 2015 à 14 h 36