Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > AVANT QU’LE CHAR DE MON CORPS SE METTE À CAPOTER

Jean-Sébastien Larouche

AVANT QU’LE CHAR DE MON CORPS SE METTE À CAPOTER

L'Écrou, Montréal, 2009
265 pages
20 $

Ce premier recueil d'une nouvelle maison d'édition fondée en 2009 par Carl Bessette et Jean-Sébastien Larouche présente une refonte de trois œuvres de ce dernier, soit : Le pawn-shop de l'enfer (Lanctôt, 1997), Rose et rasoir (Lanctôt, 1998) et Dacnomanie (Lanctôt, 2000). Voici un « livre-choc » en forme de « parole fulgurante », une œuvre qui affronte et confond les contraintes liées à notre condition d'humain. Cette poésie remue et ébranle car elle est très anarchisante et ne laisse point de place au compromis : on pourrait facilement la situer entre celles de Charles Bukowski et de Patrice Desbiens. Également, l'écriture est revisitée dans le désir de la transformer en parole, en slam poésie, en une probable fougue scénique. Les éditions de l'Écrou souhaitent, en effet, mettre en évidence l'effervescence et la vivacité de la scène poétique parlée . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 12 novembre 2010 à 16 h 36 | Mis à jour le 14 juin 2015 à 11 h 47