Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > ANNE STILLMAN : LE PROCÈS

Numéro 78

Louise Lacoursière

ANNE STILLMAN : LE PROCÈS

Libre Expression, Montréal, 1999
399 pages
24,95 $

Anne Stillman est l’épouse de James A. Stillman, un riche banquier américain. En septembre 1920, celui-ci l’accuse d’adultère avec un Amérindien qu’elle avait embauché comme guide et comme contremaître alors qu’elle séjournait en Haute-Mauricie. Le mari dépose donc une demande de divorce et, par la même occasion, il entend renier la paternité de Guy, son plus jeune fils âgé de deux ans. C’est là le point de départ d’une rocambolesque confrontation judiciaire qui opposera les deux époux. Louise Lacoursière, dans cette biographie romancée, rapporte l’enquête que mènent trois journalistes du New York American pour couvrir le « procès du siècle ». C’est par le biais de ces journalistes que l’on assiste à la bataille que livre Anne Stillman pour se défendre et, surtout, défendre les droits de succession de son benjamin. On a parfois l’impression d’être témoin de quelque épisode inquisitorial, mais il ne faut pas oublier que le procès en question se déroule au début des années 1920. Le verdict arrive, comme il se doit, tout à la fin du livre. Mais la fin n’en est pas vraiment une, puisque les recours ne sont pas épuisés et que bien des questions restent en suspens. La porte est ouverte à une suite qui, paraît-il, est à venir.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 18 janvier 2015 à 10 h 01