Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

« 5-FU. Ce n’est pas le nom du dernier groupe grunge de Seattle, non, c’est l’identification d’une chimiothérapie pour combattre le cancer. Six mois, c’est le temps qu’a duré mon traitement, et c’est également celui que j’ai mis à écrire ce livre. » Ainsi débute 5-FU, formidable plaquette de Pierre Gagnon, un musicien établi à Québec qui a, entre autres, fondé le groupe Slick and the Outlags en compagnie du comédien Yves Jacques au cours des années 1980.

Comme 145 000 Canadiens chaque année, Pierre Gagnon apprend un jour qu’il est atteint du cancer. Devant cette terrible nouvelle, et au fil des jours et du difficile traitement de chimiothérapie auquel il est soumis, il prend des notes afin de se souvenir de ces événements et de cette pénible période de sa vie. Car un peu plus de la moitié des Canadiens atteints du cancer deviennent ce que l’auteur appelle « des survivants » ; l’espoir est donc possible et, probablement, nécessaire.

Ce recueil de courts textes parle certes du milieu hospitalier, du courage des enfants malades, des réactions des proches, du dévouement des infirmières, mais dépasse le simple témoignage. Porteur d’espoir, mais surtout d’une bouleversante lucidité, 5-FU est un livre touchant, non pas par le flot des mots mais plutôt par les – nécessaires – espaces de silence dont il est ponctué. Le ton de Pierre Gagnon, parfois ironique, parfois tendre, provoque le lecteur qui, tout au long du parcours, n’est pas attendri mais plutôt profondément touché par l’implacable lucidité de l’auteur. Jamais l’écrivain ne juge, mais toujours il remet en perspective les réflexions et les propos de ceux qui l’entourent, lesquels tentent, souvent de façon bien maladroite, d’apporter soutien et réconfort. « Par délicatesse elle m’a demandé : ‘Qu’est-ce qui te ferait vraiment plaisir, dimanche prochain ?’ – Aller mieux que dimanche dernier. »

En dépit de son petit format, 5-FU est un grand livre, admirablement bien écrit, qui parle avec finesse et intelligence de « cette île [qui] s’appelle la Vie ». À lire et à relire, pour ne jamais oublier la valeur de celle-ci.

Enregistrement