Accueil > Commentaires de lecture > Essai > L’EMPIRE DU TEMPS

Peter Galison

L’EMPIRE DU TEMPS

LES HORLOGES D'EINSTEIN ET LES CARTES DE POINCARÉ

Robert Laffont, Paris, 2005
344 pages
36,95 $

Voici un essai d’histoire des sciences qui saura passionner tous ceux que la physique, et aussi le concept de temps, intriguent. Le temps jusqu’à Poincarré et Einstein était statique et absolu, marqué du sceau de la philosophie. Le temps standard et le temps relatif, quant à eux, trouvent leur origine ailleurs que dans la réflexion philosophique ou dans la pureté de la physique théorique. Ce sont des problèmes techniques bien concrets qui sont à l’origine de la conception moderne du temps. Le XIXe siècle, en Europe et en Amérique du Nord, est le siècle du chemin de fer. Or à mesure que se développe le réseau ferroviaire, le besoin de référence temporelle fiable se fait sentir. Avant l’établissement du temps standard, chaque pays, voire chaque ville d’importance, avait son temps propre. Or quand le train partait de Los Angeles pour rallier New York via Chicago, il était de la plus haute importance que l’heure soit synchronisée. En l’absence de temps standard, les risques d’accidents ferroviaires étaient énormes. L’Amérique établit donc les fuseaux horaires et elle synchronise l’heure dans les territoires américains et canadiens. L’Europe fait de même, à peu près à la même époque, et Poincaré y joue un rôle prépondérant en imposant le système français de normalisation du temps. La synchronisation entre l’Europe et l’Amérique se fait tardivement et le point zéro du système d’heure standard n’est établi à Greenwich qu’après d’âpres négociations internationales.

Einstein, qu’on imagine souvent comme un scientifique solitaire, obsédé par la physique théorique qu’il veut réinventer, débute sa carrière en tant qu’agent au bureau des brevets de Genève. Étant en Suisse, il doit évaluer un grand nombre de brevets d’horloges et de systèmes de mesure du temps. C’est dans cette fonction hautement technique mais peu liée à la physique théorique qu’il en vient à se poser la question de la relativité du temps.

La réflexion d’Einstein amène la théorie de la relativité restreinte, l’amorce d’une révolution en physique. Poincaré, qui aura été à l’origine des premières remises en question du concept traditionnel de temps, pour y substituer un temps technique, mesurable et conventionnel, ne suit pas Einstein dans sa remise en question des idées en physique.

L’essai porte sur deux figures essentielles à l’origine de la conception moderne du temps, deux figures dont les travaux sont complémentaires mais qui ne se sont jamais rencontrés philosophiquement.

Publié le 18 septembre 2005 à 19 h 12 | Mis à jour le 18 septembre 2005 à 19 h 12