Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Écoutez ici la version audio de ce texte par Daniel Luttringer.

 

Quand j’étais en première année, la commission scolaire a organisé une activité sous le nom de « Journée de la parole ». Malgré ce que le nom laissait entendre, il s’agissait en fait d’inciter les élèves à écrire. La participation pouvait prendre deux formes : soit écrire une courte histoire, soit écrire une « belle phrase ». J’avais beau avoir des ambitions d’écrivain – déjà à six ans –, cette notion de « belle phrase » me paraissait très étrange. Comment la participation à un concours pouvait-elle se faire par la rédaction d’une seule phrase ? J’ai donc opté pour une petite histoire qui, si naïve fût-elle, fut sélectionnée et immortalisée . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?