Accueil > Articles > En cas d’urgence, lisez ou comment je suis devenue bibliothécaire de survie

En cas d’urgence, lisez ou comment je suis devenue bibliothécaire de survie

Photoreportage

Je fréquente la bibliothèque depuis toujours, il me semble ; du sous-sol qui l’abritait à Jonquière quand elle était comme une caverne d’Ali Baba pour mes yeux petits jusqu’aux épinettes de la grande Alice-Lane de Baie-Comeau, souvent épiée de ma fenêtre du troisième. Il me suffisait de traverser la rue pour y aller ; c’est là que j’ai rencontré Marie Laberge (photographiée pendant qu’elle signait) et Gabrielle Roy (empruntée la première dans la section adulte), c’est là que tout devenait possible : vivre, écrire, connaître, appartenir. Car, pour faire usage de la bibliothèque, il faut en être membre, et j’ai toujours eu l’impression que les bibliothécaires, malgré leur mystère de femmes discrètes, savaient bien qui j’étais et à quoi, elles et moi, nous tenions. Un ensemble de lois, des gestes bien . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 20 juillet 2021 à 9 h 30 | Mis à jour le 21 juillet 2021 à 12 h 37