Accueil > Articles > Le dernier exil de Stephan Zweig, Correspondance 1932-1942
Zweig Correspondance

Stefan Zweig

Le dernier exil de Stephan Zweig, Correspondance 1932-1942

À la fin de son roman M. (L'instant même, 2010), Hans-Jürgen Greif évoque une photographie qui a été conservée au musée historique de Vienne. On y aperçoit Stefan Zweig et sa femme Lotte étendus sur le lit d'une chambre à Petrópolis en 1942, après leur suicide. Zweig, malgré une tenue décontractée, est élégant, comme à l'accoutumée : complet sport, cravate noire, chemise marron. Lotte Altmann étreint le cou de son époux « dans un geste de mauvaise tragédienne », écrit Greif. Zweig, résolu de quitter la vie avec dignité, se voyait immortalisé « avec la bouche béante, la mort lui ayant relâché les muscles ». La vision est touchante et sinistre à la fois.

Il est difficile de lire ce volume de Correspondance 1932-19421 sans songer à ce funeste dénouement de février 1942. Si les premières lettres évoquent surtout diff . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 17 mars 2014 à 12 h 31 | Mis à jour le 13 avril 2015 à 19 h 10