Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Le titre, à première vue, ne mérite qu'un regard distrait : un autre de ces journaux intimes, un autre de ces petits dépôts de petites confidences, un autre de ces écrits romantiques que l'auteur entoure de secret en le croyant bien à tort objet de toutes les curiosités.

On se tromperait pourtant en passant trop vite. L'intérêt de Mes souvenirs1, en effet, monte d'un cran devant l'ampleur du résultat : plusieurs centaines de pages et une assiduité assez soutenue pendant presque dix ans. Volume et durée dépassent de beaucoup la moyenne des « journaux de bord » mis en chantier comme une résolution de nouvel an et négligés presque aussi vite.

Forcément, vient la question : qui était ce Jacques-Ferdinand Verret ? La surprise, ce sera, comme le souligne l'ordonnateur Rémi Ferland, que le diariste n'appartient à aucune des grandes familles québécoises qui accaparèrent . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement