Accueil > Articles > Visions d’Extrême-Orient

Visions d’Extrême-Orient

Depuis quelques dizaines d'années, l'Extrême-Orient et ses cultures millénaires s'inscrivent au cœur des ouvrages d'un nombre croissant d'auteurs québécois. Au cours de la dernière décennie seulement, au moins une trentaine de titres (dont le tiers en 1999, 2000 et 2001, et la moitié sur le Japon) sont parus. De là, l'idée d'un périple littéraire guidé par les regards que posent des romanciers, des essayistes et des poètes sur l'Extrême-Orient. Regards intérieurs, imaginaires, critiques, exaltés, déçus, nostalgiques... Sans prétendre être exhaustif, ce périple, au cours duquel seront parfois proposées quelques pistes de réflexion, est avant tout une invitation à la découverte ou à la redécouverte.

En décembre 1934, Alain Grandbois s'embarque pour Saïgon. Il quitte assez vite l'Indochine pour l'Empire du Milieu. Après Canton, Shanghaï, Pékin, il remonte le fleuve Yang-ts . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 22 juin 2003 à 17 h 32 | Mis à jour le 5 avril 2015 à 12 h 56