Accueil > Articles > La littérature à teneur religieuse : Souvent plus qu’un combat d’arrière garde

André Beauchamp, Richard Bergeron, Serge Cantin, Collectif, Monique Dumais, François Gervais, Eugène Lapointe, Édouard-Charles Lebeau, Guy Ménard, Roger Poudrier, Père René Latourelle, Jean-Guy Saint-Arnaud, Jacques Tremblay

La littérature à teneur religieuse : Souvent plus qu’un combat d’arrière garde

Croyants, pasteurs, théologiens et observateurs du fait religieux n'ont visiblement pas perdu le goût de s'exprimer. À maints égards, la littérature qu'ils produisent ressemble à l'autre : abondante, diversifiée, capable du meilleur comme du plus crispant.
Comme l'autre, elle réserve, surtout à ceux qui la fréquentent peu, quelques tonifiantes surprises. Comme l'autre, elle demande au lecteur d'entrer dans la logique de ses auteurs. Ce ne sera pas toujours facile...

La tentation de l'anachronisme

Certains ouvrages, en effet, paient encore tribut au ton assuré et aux conceptions éthérées qu'affectionnait jadis un clergé omniprésent. Paradoxalement, de tels entêtements sont souvent le fait d'auteurs qui, baignés de passéisme, pensent pourtant avoir pris le virage et pouvoir enseigner aux autres l'art de l'adaptation. Dans d'autres cas, le changement d'époque est survenu, mais les auteurs n'en savent rien.

L'ouvrage de Roger Poudrier à propos de celui que les . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 5 juin 2003 à 11 h 52 | Mis à jour le 13 avril 2015 à 14 h 57