Accueil > Articles > Antonio Lobo Antunes, mémoire d’homme

Antonio Lobo Antunes

Antonio Lobo Antunes, mémoire d’homme

Quand on pense à la littérature portugaise, les noms de Fernando Pessoa et de José Saramago s'imposent. Pourtant, Antonio Lobo Antunes, celui que certains appellent le plus grand écrivain portugais vivant, travaille à une œuvre extrêmement singulière, inspirée de Faulkner, Gogol et Céline. Cet écrivain majeur est fort peu connu au Québec. Plus pour longtemps, peut-être. C'est du moins ce que nous espérons...

Né en septembre 1942, dans une famille de la haute bourgeoisie de Lisbonne, Antonio Lobo Antunes est l'aîné d'une famille de six garçons. Son père, neuropathologiste très cultivé, veille à l'éducation française et littéraire de ses fils en leur lisant Flaubert. Bien qu'il soit passionné d'écriture, Antonio Lobo Antunes étudie la médecine, histoire de famille oblige, peut-être. Peu de temps après son service militaire, il part pour l'Angola en pleine guerre coloniale. Il passe 27 mois en Afrique, à amputer des hommes avec une . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 5 juin 2003 à 12 h 31 | Mis à jour le 10 avril 2015 à 11 h 17