Accueil > Commentaires de lecture > > LES POTABRÉS

Jules Boudreau

LES POTABRÉS

La Grande Marée, Tracadie-Sheila, 2018
223 pages
24,95 $

Une petite île au large de la Péninsule acadienne. Un tout petit village. Des habitants qui vivent de petits événements. Le calme. Rien pour faire les manchettes du journal provincial.

Lumina Duguay a un rêve : devenir une pianiste de concert. La sœur qui lui a enseigné les bases l’a encouragée, mais l’élève a dépassé la maîtresse. Pour Charles Duguay, propriétaire du magasin général de Cap-Saint-Pierre, la petite ville qui fait face à l’île, le piano, ce n’est pas un métier : il souhaite que sa fille épouse le fils du médecin, futur médecin lui-même, et qu’elle se concentre sur son rôle de femme. Alors, il se débarrasse du piano qui la distrait trop.

Elphège Arsenault, qui vit sur l’île des Potabrés, est un pêcheur et un homme à tout faire : il n’a d’autre ambition que de fonder une famille avec la belle . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 31 octobre 2019 à 16 h 51 | Mis à jour le 31 octobre 2019 à 16 h 51