Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LA FEMME AUX CHEVEUX ROUX

Orhan Pamuk

LA FEMME AUX CHEVEUX ROUX

Trad. du turc par Valérie Gay-Aksoy
Gallimard, Paris, 2019
297 pages
35,95 $

Lire un roman turc traduit en français nous introduit dans un monde à la fois étrange et familier. Quel que soit le récit auquel nous convie son auteur, il nous plonge immanquablement dans la richissime culture de ce pays au confluent de l’Asie et de l’Europe. Quand de surcroît le romancier est un écrivain nobélisé, les attentes du lecteur sont très élevées.

Au moment d’entreprendre des études supérieures, le jeune Cem se voit offrir un travail d’été auprès d’un maître puisatier. Ces quelques semaines de labeur s’avéreront une expérience essentielle, qui marquera à jamais la vie du jeune homme. Dans la petite ville à la périphérie de laquelle Cem et un autre apprenti creusent la terre pour y trouver de l’eau sous la direction du maître, une troupe de théâtre est de passage. Parmi les artistes, une femme aux cheveux roux attire l’attention du garçon, qui en tombe amoureux . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 17 octobre 2019 à 13 h 18 | Mis à jour le 17 octobre 2019 à 13 h 18