Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > CELLE QUI MARCHAIT SUR LA POINTE DES PIEDS

Danielle Fournier

CELLE QUI MARCHAIT SUR LA POINTE DES PIEDS

Leméac, Montréal, 2019
101 pages
12,95 $

En une petite centaine de pages, Danielle Fournier propose une exigeante narration poétique sur la perte et l’abandon, tout en douceur et en simplicité. Autant un hommage nostalgique aux siens qu’un « véritable hymne à la nature », comme annoncé en quatrième de couverture.

En trois courtes nouvelles – ou peut-être sont-ce trois longs poèmes –, l’écrivaine se raconte et raconte aussi sa famille et ses deuils. Dans Celle qui marchait sur la pointe des pieds, il y a tout d’abord « Les veines brûlées », où un « je » prénommé Grâce parle de son père et de son fils, tous deux décédés. Une peine immense. « Une femme aux prunelles lapis-lazuli étendue dans un lit entre son père et son fils, à les porter tous deux sur ses épaules. »

Suit « De même, la neige et la pluie », texte dans lequel « elle » se souvient de sa mère, de la douceur de sa présence . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 17 octobre 2019 à 13 h 07 | Mis à jour le 17 octobre 2019 à 15 h 25