Accueil > Articles > Notre-Dame littéraire

Ken Follett, Victor Hugo

Notre-Dame littéraire

Les manifestations émotives suscitées par l’incendie de Notre-Dame de Paris en avril dernier, de même que l’ampleur internationale du soutien à sa restauration, donnent à réfléchir sur la place de la cathédrale dans la culture occidentale et sur son statut de repère symbolique universel. Des écrivains et des éditeurs se sont faits à la fois les témoins et les chantres de l’attachement singulier à cette œuvre immensément chargée de sens.

L’auteur des Piliers de la Terre ébranlé

Dans une plaquette1 rédigée à la hâte et publiée dans sa traduction en français deux mois seulement après l’incendie, l’auteur britannique Ken Follett relate avoir été littéralement terrassé à la vue de Notre-Dame en flammes. Au bord des larmes devant l’écran montrant la cathédrale embrasée, l’écrivain prenait conscience de vivre sa part d’une douleur collective : « Cette image nous a stupéfi . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 17 octobre 2019 à 1 h 00 | Mis à jour le 21 octobre 2019 à 10 h 40