Accueil > Rubriques > Le livre jamais lu > L’Olympe de l’écriture (L’Iliade et L’Odyssée)
J. R. Léveillé

J. R. Léveillé

L’Olympe de l’écriture (L’Iliade et L’Odyssée)

Il y a plusieurs livres que je n’ai pas lus et que j’emporterais en voyage, comme Le colosse de Maroussi de Henry Miller, acheté en 1986, que je comptais apporter en Grèce ; mais je ne m’y suis pas encore rendu. Ce jumelage est toutefois à l’origine d’une méthode d’écriture : intégrer le voyage à la fiction que j’écris, et un livre au voyage de ma fiction. C’est peut-être en souvenir de ce projet grec en suspens que j’ai emporté Sexus de Miller au Costa Rica quand je me suis mis à écrire Nosara. À New York pour New York trip, c’était Les Pâques à New York de Cendrars. Et à Marie-Galante, un roman d’Annie Ernaux que j’ai récrit entre les lignes mêmes du volume : Une si simple passion est un v . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 26 avril 2014 à 11 h 21 | Mis à jour le 11 avril 2015 à 17 h 24