Accueil > Rubriques > Le livre jamais lu > Des jours et des heures (Mrs Dalloway de Virginia Woolf)

Daniel Sernine

Des jours et des heures (Mrs Dalloway de Virginia Woolf)

« Le livre jamais lu »... Quelle invitation empoisonnée ! 1600 mots pour donner la mesure de mon ignorance, faire le relevé des carences et des lacunes de ma culture...
En énumérant - chose aisée - trois cents titres importants que je n'ai pas lus, je pourrais m'acquitter de cet engagement pris à la légère.

Que j'en évoque tout de même quelques-uns, dont le manque à ma culture me pèse davantage. Mémoires d'Hadrien ou L'œuvre au noir, par exemple, de l'anagrammatique Yourcenar. Cien Años de Soledad de García Márquez, qui ne sera peut-être plus de ce monde quand vous lirez ces lignes. L'écume des jours de l'éphémère Boris, ou encore Les chants de Maldoror de l'encore plus éphémère Isidore (Ducasse, « Comte de Lautréamont »). Avec le prolifique Gide, je ne saurais . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 20 juin 2008 à 16 h 39 | Mis à jour le 11 avril 2015 à 15 h 31