Accueil > Rubriques > Le livre jamais lu > Un livre peut en cacher un autre (l’Odyssée d’Homère)

André Carpentier

Un livre peut en cacher un autre (l'Odyssée d'Homère)

Il est une œuvre qu'à dix-sept ans je voulais lire parce qu'un professeur plein de bagout, et avec lui toute une tradition de culture gréco-latine, me l'affirmait magistrale, une sorte d'épopée dont j'ai depuis mille et une fois remis la lecture et que presque quarante ans plus tard je n'ai toujours pas lue, mais à l'occasion à peine feuilletée. Cette œuvre intimidante, je la cite pourtant à deux reprises dans Mendiant de l'infini, un récit de voyage au Tibet paru en 2001. C'est dire que malgré tout je la connais au moins un peu. En fait, j'en sais ce qu'on en dit. Je parle ici de l'Odyssée d'Homère, dont T. E. Lawrence, qui ne devait pas connaître ces récits babyloniens où le merveilleux se mêle au vrai, comme l'Épopée de Gilgamesh, prétendait qu'elle était . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 4 octobre 2003 à 14 h 16 | Mis à jour le 13 avril 2015 à 13 h 16