Accueil > Rubriques > Écrivains méconnus du XXe siècle > Raymonde Vincent, comme un paysage spirituel

Raymonde Vincent

Raymonde Vincent, comme un paysage spirituel

J’ai une certaine peine à vivre les temps présents. Je suis une spirituelle dans un monde matérialiste.
Ma religion n’est pas bourgeoise, c’est celle de la paysannerie de ma jeunesse.
Raymonde Vincent

 

 Elle est née en 1908 et décédée en 1985, à l’âge de 77 ans. Elle se nomme Raymonde Vincent, elle est complètement oubliée, elle n’a jamais été rééditée. Cette romancière discrète a produit une œuvre d’une beauté limpide, irréductible, intacte et réservée comme un sanctuaire, comme un paysage spirituel au centre duquel brille une petite étoile.

Élevée par sa grand-mère, elle est dès l’âge de huit ans gardienne de troupeaux à Saint-Maur, dans le Berry, une région agricole française. Illettrée, elle apprend à lire seule grâce aux journaux. À quinze ans, elle est employ . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 19 avril 2022 à 2 h 47 | Mis à jour le 19 avril 2022 à 19 h 17