Accueil > Entrevues > Paul Ohl : De l’essai au roman, ou le sabre onirique (entrevue)

Paul Ohl

Paul Ohl : De l’essai au roman, ou le sabre onirique (entrevue)

Certains se souviennent de ses interventions à la télévision dans les années 70. Parmi les autres commentateurs sportifs, il détonnait : il faisait figure d'intellectuel.

Son discours était clair et précis ; la charge courageuse et impitoyable. Puis un jour, l'athlète moraliste devint romancier. Et avec un tel individu, il fallait bien s'y attendre : les histoires qu'il nous raconte ne se déroulent pas dans les décors rassurants auxquels nous avaient habitués les romanciers d'ici.

Nuit blanche : Pour bien des lecteurs vous êtes l'auteur de deux œuvres différentes : l'une d'essayiste et l'autre de romancier. Personnellement je ne fais pas une telle distinction, tous vos livres me semblent habités par le même idéalisme...

Paul Ohl : C'est vrai, je suis un idéaliste, et je mourrai idéaliste. Cette attitude me permet de rester très pr . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 18 novembre 2003 à 12 h 26 | Mis à jour le 31 mars 2015 à 15 h 54