Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

En assumant une charge importante dans le domaine de l'édition et en favorisant l'oralité poétique à travers des enregistrements et des lectures publiques, Hélène Dorion travaille à protéger toujours plus la zone d'ineffable qu'elle et les poètes du clair-obscur refusent de voir banalisée comme toute autre production.

Il est difficile de prétendre rencontrer un poète, alors que ses cent cartes de visite l'incarnent déjà dans chacun de vos sens, langage y compris. Comment pourra-t-il bien se présenter à la suite de sa propre parole et des évocations qu'elle a su générer ? Et comment vous approcher par ce seul échange de cet îlot de phrases aux migrations profondes et complexes ?

De surcroît, l'émetteur du poème est aussi un être imprévisible et toujours inconnu, parfois « illuminant » dans ses répliques, à un autre moment soumis à l'absurdité du quotidien. Mais avec un trop grand bagage . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement