Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Il est aisé, si l'on n'a lu que Le vierge incendié (1948), de confondre l'art de Paul-Marie Lapointe avec le militantisme esthétique d'avant la Révolution tranquille qui s'est trouvé en convergence avec lui, notamment pour ce qui est du célèbre manifeste Refus global publié la même année.

Si l'on se penche plus longuement sur cette personnalité discrète et qu'on étudie en profondeur son œuvre multiforme, la difficulté de saisir l'ensemble du phénomène apparaît. On se trouve alors entraîné dans une recherche sur la nature même de la poésie, résistante à la définition d'autant plus qu'elle est toujours l'aventure singulière d'un poète.

Rejet farouche

C'est une colère sacrée (ou une sacrée colère, à votre guise) qui donne naissance aux premiers poèmes d'un jeune homme de dix-huit ans confronté à une . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement