Accueil > Dossiers > Littératures du monde > Littérature polonaise > Pologne : Mémoire, mémoires et passions

Geremek Bronislaw, Georges Duby, Wojciech Jaruzelski, Hanna Krall

Pologne : Mémoire, mémoires et passions

Peut-être parce qu'elle a rarement pu tabler sur des frontières stables et définies, peut-être aussi parce qu'elle lorgne tous les horizons de l'Atlantique à l'Oural, la Pologne ressemble à Protée, ce dieu aux capacités d'incarnation illimitées.

Ne nous surprenons donc pas si, qu'il se porte sur le présent ou le passé, le regard polonais enrobe d'ambiguïté même les souvenirs les plus nets. Les retours de la mémoirede Hanna Krall n'ont d'ailleurs que faire de la clarté cartésienne. Il suffit à l'auteure d'une évocation, d'une allusion pour qu'aussitôt les ombres qu'elle invite à témoigner recréent la terreur nazie et l'horreur des camps. Un peu comme ces tableaux où le pinceau se borne à poser des taches dont le message se distille lentement, la fresque d'Hanna Krall prend forme imperceptiblement, par une lente connivence des anecdotes, des rappels . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 19 mars 2004 à 15 h 14 | Mis à jour le 25 avril 2015 à 19 h 34