Accueil > Dossiers > Littératures du monde > Littérature brésilienne > Rubem Fonseca et Ignácio de Loyola Brandão

Rubem Fonseca, Ignácio de Loyola Brandão, Daniel Pigeon, Affonso Romano de Sant'Anna, Deonisio de Silva

Rubem Fonseca et Ignácio de Loyola Brandão

Des littératures d'opposition : La voix des laissés-pour-compte ?

Entre 1964 et 1985, le Brésil connaît plusieurs dictatures militaires qui, refusant toute opposition au régime, procèdent à des arrestations arbitraires, à des exécutions expéditives et qui vont même, en 1969, jusqu'à suspendre les droits politiques des citoyens.
C'est durant cette sombre période de l'histoire brésilienne, qui est néanmoins marquée par l'émergence d'une culture tant musicale que littéraire – pensons au mouvement musical tropicalismo, élaboré plus particulièrement par Caetano Veloso et Gilberto Gil –, que plusieurs artistes et intellectuels se retrouvent en prison ou contraints de s'exiler.

Rubem Fonseca et Ignácio de Loyola Brandão sont de ces écrivains qui ont subi les pressions du régime militaire. Loyola Brandão devra s'exiler quelques années et tous deux voient certaines de leurs œuvres interdites au Brésil.

Où se situe l'œuvre littéraire . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 22 octobre 2003 à 15 h 31 | Mis à jour le 24 avril 2015 à 11 h 49