Accueil > Dossiers > Littératures du monde > Littérature brésilienne > Sérénissimes dames du temps, artisanes de la parole

Édouard Glissant, Lélia Gonzalez, Jahenz Jahn, Leandro Konder, João Ubaldo Ribeiro, Simone Schwarz-Bart

Sérénissimes dames du temps, artisanes de la parole

Traduit du portugais par Daniel Pigeon

L'histoire occidentale, en Amérique comme ailleurs, est marquée par l'exclusion. Appartenir à une société occidentale (ou occidentalisée ?), c'est subir ou infliger d'innombrables discriminations. Tout ce qui déroge de la norme est rejeté du modèle social. À force de discrimination, de sectarisme et d'exclusion, cette société forme des êtres « de gauche » qui se retrouvent en marge : femmes, Noirs, autochtones, enfants, vieillards, nordestins, Juifs, banlieusards, homosexuels, Orientaux, la liste de ceux qui gravitent autour du noyau omnipotent est interminable. Aussi, plus quelqu'un est près du modèle idéal – par ressemblance ou par assimilation –, meilleur sera son destin.

Une autre lumière se répand toutefois à l'horizon de ce modèle occidental et accidenté. Des voix arrivent des marges, des voix qui minent les fondations de moins en moins inébranlables du discours dominant. En ce sens, la littérature se rapproche davantage du réel que l'Histoire elle-même.

Au Brésil, les études . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 21 octobre 2003 à 10 h 57 | Mis à jour le 24 avril 2015 à 11 h 33