Accueil > Dossiers > Littératures du monde > Littérature brésilienne > La bande déssinée au Brésil

Angelo Agostini, Francisco Armnond, Flávio Colin, Eugênio Colonnese, Jayme Cortez, Mozart Couto, Millôr Fernandes, Deodato Filho, Glauco, Luiz Gê, Henfil, Jaguar, Angeli Laerte, André Le Blanc, Ramón Llamayas, César Lobo, Sérgio Macedo, Monteiro Filho, Ivan Wash Rodrigues, Nico Rosso, Julio Shimamoto, Renato Silva, Maurício de Souza, Aylthon Thomaz, Max Yantok, Ziraldo, Carlos Zéfiro (Alcides Caminha)

La bande déssinée au Brésil

Depuis la fin du XIXe siècle, de multiples formes d'expression, dont la bande dessinée, ont apparu un peu partout dans le monde. C'est à cette même époque qu'on peut déjà repérer au Brésil quelques manifestations assez importantes de cet art de la bande dessinée.

Considérons par exemple Nhô Quim ou As Aventuras de um caipira na Capital (M'sieu Quim ou Les aventures d'un campagnard dans la capitale), publié le 30 janvier 1869 dans le journal Vida Fluminense, de Rio de Janeiro. Il ne manque que les ballons à cette production pour pouvoir la considérer comme une BD au sens actuel du mot. Il s'agit d'une histoire dont des moments de l'action s'inscrivent dans des cases et qui, de la même façon que dans la BD contemporaine, gardent entre eux une liaison elliptique qui laisse au lecteur . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 22 octobre 2003 à 11 h 20 | Mis à jour le 24 avril 2015 à 11 h 40