Accueil > Dossiers > Littératures du monde > Littérature des Amériques > Les Amériques et nous, francophones d’Amériques

Nuit blanche

Les Amériques et nous, francophones d’Amériques

« Comme l’Europe et l’Asie ont reçu des noms de femme, je ne vois aucune raison pour ne pas appeler cette autre partie Amérige, c’est-à-dire d’Amerigo*, ou America, d’après l’homme sagace qui l’a découverte. »
Martin Waldseemüller, animateur du Gymnase vosgien, Saint-Dié (France), XVIe siècle.
*Amerigo Vespucci, qui donna son nom à l'Amérique, découvrit bien le continent,
mais après Christophe Colomb, dont le nom fut donné à la Colombie.

Ce que sera le Sommet des Amériques qui a pour but d'établir une zone de libre échange commercial qui s'étendra de la Terre de Feu à la Terre de Baffin, de l'Atlantique au Pacifique, on s'en doute un peu, malgré les ratés possibles et le bruit (possible aussi) des dissidences. Les gagnants au jeu, qui n'est qu'économique, dit-on, on les conna . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 29 juillet 2003 à 14 h 45 | Mis à jour le 24 avril 2015 à 13 h 21