Accueil > Dossiers > Littératures du monde > Littérature costaricienne > La poésie costaricienne : Un états des lieux

José Basileo Acuña, Arturo Agüero, Laureano Albán, Francisco Amighetti, Ana Antillón, Isaac Felipe Azofeifa, Nidia Barboza, Roberto Brenes Mesén, Alfredo Cardona Peña, Rafael Cardona, Jorge Charpentier, Alfonso Chase, Lisímaco Chavarría, Carlos Cortés, Rubén Darío, Jorge Debravo, Julieta Dobles, Carlos Rafael Duverrán, Rafael Estrada, Guillermo Fernández, Máximo Fernández, Mía Gallegos, Leonor Garnier, Virginia Grütter, Ana Istarú, Max Jiménez, Mayra Jiménez, Julián Marchena, Carlos Francisco Monge, Carmen Naranjo, Eunice Odio, Lil Picado, Mario Picado, Rodrigo Quirós, Marta Rojas, Alfredo Sancho, Osvaldo Sauma, Rogelio Sotela, Carlos Luis Sáenz, Rafael Angel Troyo, Asdrúbal Villalobos

La poésie costaricienne : Un états des lieux

Comme on le constate souvent lorsqu'on étudie la littérature d'une région, la poésie costaricienne possède, à la fois, une identité sans équivalent et un héritage qu'elle partage avec les autres manifestations littéraires.

Elle appartient à la tradition séculaire de la littérature écrite en langue espagnole ; elle fait partie d'un univers culturel unique, celui de la littérature hispano-américaine ; elle est enfin la représentation – mythique, formelle ou idéologique – d'une communauté : la petite république de l'Amérique centrale, réputée pour sa tradition de droit civil, lors même qu'elle est assujettie aux avatars des velléités géopolitiques de la région, et de l'hémisphère. L'idée même de « poésie costaricienne » apparaît faible et confuse. Les poèmes ont difficilement une nationalité ; et, souvent, il y a plus d'homogénéité dans la tradition de la poésie écrite en espagnol . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 29 juillet 2003 à 13 h 47 | Mis à jour le 24 avril 2015 à 12 h 32