Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LA VIE RÊVÉE DES GRILLE-PAIN

Heather O’Neill

LA VIE RÊVÉE DES GRILLE-PAIN

Trad. de l’anglais par Dominique Fortier
Alto, Québec, 2017
394 pages
27,95 $

À lui seul, le titre annonce déjà tout un programme : ça fourmille de vie dans ce recueil de contes à première vue inclassable, ça déborde d’imaginaire, et la frontière entre monde animé et inanimé s’estompe au fil des pages.

D’emblée, le lecteur est frappé par la force évocatrice avec laquelle Heather O’Neill conduit chacune de ses histoires, les métaphores surgissant presque à chaque ligne (peut-être un peu trop par moments, mais bon ça fonctionne, ne rechignons pas sur les détails), les personnages prenant vie aussitôt qu’ils entrent en scène. La force de ces récits, qui épousent les lois du conte en les renouvelant d’un texte à l’autre, repose en grande partie sur l’habileté de Heather O’Neill à conduire ses histoires, à manier le storytellingavec une évidente adresse et un plaisir tout aussi évident. « J’en ai ma claque d’être humain, laisse tomber un des personnages. C’est une punition. » L’auteure se . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 11 avril 2018 à 17 h 25 | Mis à jour le 13 avril 2018 à 10 h 06