Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > UNE BRÈVE HISTOIRE DU TRACTEUR EN UKRAINE

Marina Lewycka

UNE BRÈVE HISTOIRE DU TRACTEUR EN UKRAINE

Trad. de l’anglais par Sabine Porte
Alto, Québec, 2008
400 pages
28,95 $

Jamais tracteurs n’ont été aussi rigolos. Traduit en 32 langues et gagnant de plusieurs prestigieux prix littéraires anglo-saxons, Une brève histoire du tracteur en Ukraine est le premier livre de Marina Lewycka et un coup de maître, vraiment.

Suivant une vague trace autobiographique, le récit ne parle guère de l’arrivée en Angleterre après la guerre d’une famille ukrainienne – quoique des secrets de famille refont inévitablement surface – mais raconte plutôt les lubies du vaillant père de famille, veuf depuis peu. Âgé de 84 ans, Nikolaï ou Kolya veut se remarier avec Valentina, séduisante jeunette de 36 ans, à peine débarquée d’Ukraine et rêvant de posséder tout le luxe de l’Ouest.

« L’adulte que je suis est indulgente. Comme c’est touchant, ce dernier amour tardivement éclos. La fille que je reste est indignée. Le traître ! Le vieux bouc libidineux ! Dire que ça fait à peine deux ans que notre mère est morte. »

Nadezhda ou Nadia, la narratrice, et sa sœur Vera sont prêtes à se réconcilier afin de combattre l’ennemi commun, l’usurpatrice aux gros nichons et aux dessous de satin vert. Sur fond de politique d’immigration britannique, gauche et droite s’entremêlent et se confondent parfois. La rectitude politique n’est heureusement pas au rendez-vous. « Mme l’Experte en Divorce et Mme Embarquez-moi-ça-et-renvoyez-tout-ce-beau-monde-d’où-il-vient se consultent de nouveau. »

Et il y a les tracteurs. Papa a travaillé toute sa vie dans une usine de tracteurs et rêve d’écrire son immortel chef-d’œuvre. « Il parle dans un anglais bizarrement accentué » et – comme chez plusieurs Slaves – « l’emploi de l’article est pour le moins aléatoire ». Papa est aussi un érudit qui partage avec générosité ses connaissances fort pointues. « Je m’intéresse beaucoup question de conception globale de l’ingénierie vue comme idéologie incorporée dans design de nouvelles machines. »

Et voilà, c’est parti !

Marina Lewycka est née en 1948 de parents ukrainiens, dans un camp de réfugiés allemand. Elle vit et enseigne à Sheffield (Angleterre). Son deuxième livreTwo Caravans, n’est pas offert en français mais nous avons déjà hâte de le lire.

Publié le 16 juin 2008 à 23 h 03 | Mis à jour le 21 janvier 2015 à 11 h 53