Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Il semble bien que l'énigme Talleyrand soit inoxydable. Que les biographes s'acharnent à la décoder s'ils s'en croient capables, jamais le personnage ne livre ses secrets. Du moins pas tous. Le portrait de Talleyrand que trace David Lawday insiste plus que d'autres sur sa vision prophétique de l'Europe, mais il laisse lui aussi persister le mystère en ce qui a trait, par exemple, à la conception que ce génie de la diplomatie se faisait de l'honnêteté ou même de l'intérêt de la France. Cela fixe une première limite au travail de l’auteur ; il la partage avec, me semble-t-il, d'autres biographes de Talleyrand.
Il faut savoir gré à Lawday de nous avoir dispensés des notes infrapaginales que les auteurs en mal de cuirasse universitaire multiplient à plaisir. Il s'est plutôt fixé comme objectif d'offrir un texte abordable, fluide, détendu. Pour parvenir à ce résultat, il a cependant résum . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement