Accueil > Commentaires de lecture > Essai > SOIGNER LES MORTS POUR GUÉRIR LES VIVANTS

Magali Molinié

SOIGNER LES MORTS POUR GUÉRIR LES VIVANTS

Les Empêcheurs de penser en rond/Seuil, Paris, 2006
328 pages
34,95 $

L'être humain construit son individualité grâce aux liens qu'il entretient avec les autres, et ce, dès sa naissance, par la filiation. La mort peut changer la nature de ces liens, mais pas leur fonction. Tandis que la psychologie se penche plus volontiers sur les conséquences de la perte pour l'endeuillé, Magali Molinié, psychologue clinicienne et enseignante à Paris-8, a choisi d'étudier la relation dynamique qui s'installe entre une personne qui vit un deuil et une personne décédée. Car, après tout, argumente-t-elle, un mort n'est pas inexistant.

Pour les besoins de sa recherche, Magali Molinié a recueilli les témoignages de plusieurs individus qui ont eu, chacun à sa façon, à vivre un deuil et qui se retrouvent dans une relation singulière avec un ou plusieurs disparus. Afin d'élaborer sa réflexion et d'effectuer son analyse, elle va puiser à la fois dans la psychologie et dans l'anthropologie, science qui propose le terme « deuilleur . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 8 octobre 2007 à 8 h 29 | Mis à jour le 2 juillet 2015 à 10 h 01