Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > REQUIEM POUR ALICIA

Bruno Jobin

REQUIEM POUR ALICIA

Libre Expression, Outremont, 2002
290 pages
24,95 $

Requiem pour Alicia est le quatrième roman policier de Bruno Jobin, dont le titre s’inspire d’un conte. Cette fois-ci, c’est à Lewis Carroll que l’on fait référence. « [S]i la petite Alice de Lewis Carroll était entraînée dans un souterrain pour se retrouver au pays des merveilles, il lui suffisait d’ouvrir les yeux pour revenir à la réalité et ainsi échapper au cauchemar. Or Alicia Sebert n’avait pas eu cette chance. » Elle est tombée du haut d’un viaduc et s’est écrasée sur une autoroute, provoquant un carambolage. Un suicide, conclut-on rapidement. Mais l’inspecteur-chef Ivan Guérard met en doute cette hypothèse. D’autant que les victimes des meurtres cruels qui ont lieu peu de temps après l’incident sont toutes liées d’une façon ou d’une autre à Alicia. Au cours de son investigation, le policier se voit rappeler une autre affaire qui lui valut un blâme trente ans plus tôt. Il est également confronté à des problèmes personnels. Cela ne l’empêche pas de poursuivre une enquête dans laquelle le jeu de mah-jong prend une grande importance. Bien sûr, à défaut de tout mettre en ordre dans sa vie, il finit par faire la lumière sur le mystère entourant tous ces morts.

Publié le 7 juillet 2003 à 9 h 57 | Mis à jour le 7 juillet 2003 à 9 h 57