Numéro 108

Bernard Sichère

POUR BATAILLE

ÊTRE, CHANCE, SOUVERAINETÉ

Gallimard, Paris, 2006
183 pages
26,95 $

Dans ce livre sur Georges Bataille, le grand transgresseur, Bernard Sichère réunit une série d'articles déjà parus dans des revues et des ouvrages collectifs pour se livrer à ce que Philippe Sollers appelait une « ethnologie des ombres ». Au cœur de celle(s)-ci, c'est l'universalité de l'expérience érotique – « approbation de la vie jusque dans la mort », selon la formule désormais consacrée, mais plutôt vilipendée par les temps d'extrême qui courent – par-delà les différences culturelles, qui vient ici servir de soutien à une pensée puissante de ne jamais s'être érigée en système. L'écriture de Bataille (dans le nom duquel je ne peux jamais ne pas lire Bastille ) constitue en effet l'une des plus tenaces résistances à l'objectivisme anthropologique dont Claude Lévi-Strauss, élaborant une sorte de champ ou de discipline sans sujet, demeure malgré sa grandeur napoléonienne en partie responsable.

Nous abordons ainsi au . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 8 octobre 2007 à 10 h 02 | Mis à jour le 2 juillet 2015 à 10 h 08